A moins de 48 heures – Un dernier mot avant de partir

8/2/2015

Un p'tit dernier article en ce dimanche à moins de 48 heures d'entrer à l'hosto. Simplement pour dire qu'il n'y a pas grand chose de nouveau au niveau santé c'est toujours aussi pire et parfois plus pire. Y'en a vraiment marre de chez marre de cet état et mon anxiété commence brutalement à me broyer les nerfs et j'ai froid de plus en plus froid je n'arrive presque jamais à me réchauffer.

Ce fut quand même un peu plus chaleureux, en parlant de chaleur, ce dernier vendredi soir pour me changer les idées d'avoir invité quelques de mes beaux frères et belles sœurs à la maison pour passer une soirée cool en prendre le repas ensemble tout en prenant l'apéro de coutume et avec ça quelques bons coups de «niaule» (alcool très fort presque à l'état pur) qui vous stimule vraiment les neurones à défaut de vous assommer. Les convives sont parties autour d'une trente du matin et ma p'tite femme d'aller au lit vers les deux heures. De mon côté j'suis rester en mode veille jusqu'à six heures au matin  à écouter de la musique tout en appréciant ces moments de vivre ou j'ai moin mal un peu avant de retrouver mon épouse au lit ou j'étais bien coller contre elle.

Dany-DAniel Gabriel Sylvie Edith

Un plein d'amour

Cette petite soirée lui a changée les idées également car elle en a bien besoin. Elle fait beaucoup pour moi et je peux toujours compter sur elle. Déjà les deux mois (août-septembre) passée auprès de sa mère jusqu'à sa mort (en début octobre) lui ont pris beaucoup d'énergie à passer chaque jour la voir en milieu hospitalier à travers le rythme de son boulot de nuit.

De suite après son enterrement à la belle maman, ce fut mon tour de fréquenter les médecins et tout ce qui va avec comme décris dans des billets précédents celui-ci. Vous savez être malade ou avoir particulièrement de gros problèmes de santé c'est vraiment pas le top au quotidien mais ce n'est pas facile également pour la personne qui vous aimes de vous voir comme ça et se taper le plein d'inquiétude qui s'y rattache aussi. Ma p'tite femme d'amour commence vraiment à ressentir un épuisement marqué entre son travail et mes besoins d'elle depuis un bout. Sans compter d'autres inquiétudes à d'autres niveaux, comme nous en avons tous et toutes, qui la consume peu à peu tout comme moi.

Ces épreuves ne sont pas faciles pour deux être qui s'aiment follement. Mais cet amour que nous avons l'un pour l'autre nous aides beaucoup à passer à travers même si le pire reste probablement à venir quand je sortirai de la table d'opération pour la convalescence selon l'état dans lequel je serai plongé. Tout dépendra du succès des interventions chirurgicales et de ma capacité de gérer le tout au niveau physique et mental.

Ce qui sera d 'arriver, arrivera d'une manière ou de l'autre. Et puisque nous ne pouvons jamais jurer de ce que demain sera, je profite de l'occasion en ce moment pour dire à mon épouse adorée, Sylvie Édith, que de tout mon cœur je ne trouverai jamais les mots pour lui exprimer mon affection, ma tendresse et ma joie de vivre avec elle. Que j'apprécie au plus haut point son dévouement et sa proximité. Depuis presque que quatre ans je vis de p'tit et de grand bonheur avec elle et j'espère que nous pourrons savourer des années à venir cette amour qui nous unis pour le meilleur et pour le pire.

Sur ces mots, je vous dis à bientôt si la vie me préserve de l'autre dimension!

_________________________________________________________

P.S. Merci à celles et ceux qui m'encouragé via mon espace FB - de grosses bises à vous tous et toutes.

Et je voudrais remercier spécialement Pitou l'homme de ma vie (il se reconnaitra) qui depuis plus de vingt ans a été là pour moi

et ce de près ou de loin en toutes circonstances de ma vie!

___________________________________________________________________________________

Print

| Contact author |