Hospitalisation encore en vue - Après une longue absence un p'tit mot en arrivant vers 2015

24/12/2014

dany daniel gabriel decembre 2014

______________________________________________________________________________________

Par respect et plaisir pour celles et ceux qui consulte mon blogue, écoute ma musique, regarde mes vidéos amateurs depuis peu ou un bon bout et voir même depuis sa genèse (an 2006), voici de mes p'tites nouvelles en ce mois de décembre 2014. Déjà plus de 7 mois se sont écoulés depuis la publication de mon dernier article, soit depuis le 5 mai dernier, ou j'étais en mode création chanson. Sans tout de même avoir terminé le mixage final de la maquette, j'suis venu à bout d'la finir. Elle s'intitule «Un amour impossible». Mais l'objectif de cette publication aujourd'hui n'est pas dans cette dimension car c'est une tout autre réalité que celle qui va suivre depuis cette composition de rêve!

______________________________________________________________________________________

 

Le tout se situe au plan de la santé. Et sans entrer dans les détails pour vous résumer en quelques mots et aller droit au but, je dois subir à la deuxième semaine du mois de janvier 2015 l'ablation d'une tumeur dans la vessie qui a la dimension, comme l'a dit le chirurgien suite à une endoscopie, d'une pomme, d'une orange. Et comme si ce n'était pas assez, sur la même table d'opération, je vais subir une seconde intervention en simultané avec un autre chirurgien qui va me retirer 30cm d'intestins.

Ça sera complexe et plusieurs heures à passer sur la table d'opération aux dire des chirurgiens ce type d'opération en double. Car figurer vous qu'au surplus d'ôter une tumeur dans la vessie et de retirer 30cm d'intestin, ils vont devoir coudre une fistule (qui désigne un canal anormal qui relie un organe à un autre), qui s'est produite entre la vessie et les intestins. Ce qui me cause des infections urinaires sévères à cause des matières fécales qui se mélangent dans la dite vessie de merde sans vouloir faire de jeux de mots.

Comme le dirait l'expression bien française, «je suis mal barré» pour les temps à venir. M'as vous dire, je n'ai vraiment pas hâte mais pas hâte du tout au jour de ces interventions mais d'un autre côté j'en ai marre d'avoir des douleurs depuis des mois, des semaines et de toujours vivre sur le qui-vive comme si j'allais exploser chaque fois que de nouveaux maux apparaissent et se font persistants. De toute façon je n'ai pas le choix: ou bien j'en crève ou bien je me donne une chance de mieux vivre que maintenant après les opérations qui bien certainement, je souhaite une réussite!

Si tout se passe bien et qu'il n'y a pas de rejet ou de complication imprévues, de récidive avec les soins intensifs qui s'en suivront et le temps d'une certaine convalescence à avoir, avec le concours d'un kinésiste, j'en aurai au moins pour une dizaine de jours à deux semaines à demeurer sur place.

Il y en a eu des semaines de maux avant d'en arriver a cette double opération à faire en janvier qui arrive a chercher ce qui se passe au juste dans mon système sur plusieurs niveaux. Le tout après des consultations faites auprès de médecins généralistes, de spécialistes, suivit d'analyses de sang, d'urine, entre les échographies, les scanner en passant par la cystoscopie, l'endoscopie et la coloscopie. M'as vous dire qu'il y a certain de ces examens qui sont douloureux en tabar...quand on a une infection sévère au niveau du système masculin. Bon, je ne veux tout de même pas entrer dans les détails comme dit plus haut. Car juste à y penser ça m'donne des cauchemars.

Juste pour vous dire il y au mois de mai dernier je pesai 73 kilos (160 lbs) en moyenne et je suis descendu à 56 kilos (123 lbs) depuis. Cette tumeur consomme toute mon énergie et cette opération à venir prend beaucoup de place dans mon esprit. Oui j'avoue avoir peur. Pas de l'opération comme telle mais de tout ce qui sera postopératoire a cour comme à long terme.

Bon, faut ce qui faut! Et puis comment faire autrement de toute façon?! Je sais que ce n'est pas la fin du monde et qu'il y'a des choses pires et je ne veux me plaindre mais je tente de me convaincre que la médecine tout comme les professionnels qui la font aujourd’hui, sont avec des résultats qui comprends des grands tôt de réussite.

Avec tout ça, je pense doucement à ma femme Sylvie-Édith qui me supporte profondément dans ces épreuves actuelles et à venir. Avec ses mots, ses gestes et son assistance à divers niveaux, ça me rassure. Je suis heureux et surtout chanceux de pouvoir compter sur celle que j'adore et marié. Sans elle je crois bien que je serais bien désemparé entre les douleurs, les craintes etc et ce à travers en ce qui me concerne les aléas de l'administration française au niveau hospitalier. Avantageusement ma femme sait bien me guider et me conduire entres les RV avec les anesthésistes, les docteurs, les examens divers, les entrées, les séjours et les sorties d’hôpital et bien d'autres choses. Le santé système français ne fonctionne pas comme celui du Québec que je connais mieux de par ma provenance. Mais encore une fois je ne veux pas entrer dans les détails sinon que de dire que dans les circonstances moins facile de la vie, l'amour est un appuie immense. D'autant plus que ma p'tite bibite à enterrée sa mère en octobre dernier au suite d'un cancer généralisé après deux mois d'hospitalisation. Alors les histoires de cancer et ma situation actuelle sont pas facile à conjuguer pour elle mais elle est forte et j'ai confiance en elle.

Voilà c'était de mes p'tites nouvelles. Des salutations toutes spéciales à Diane du Québec et Lolli de France qui ont pris la peine de m'écrire dans mon courrier perso pour prendre de mes nouvelles. C'est un peu pour elles que j'ai publié cet article. Comme ça vous pourrez en profiter aussi si vous vous intéressez à ce photo journal. Donc à l'homme qui le publie hihi! 

De bonnes fêtes de fin d'année à vous tous et toutes. Que santé, bonheur et prospérité soient des votre en 2015!

 

Print

| Contact author |