En toute intimité Le commencement

13/11/2007

Le journal intime de Dany-Daniel Gabriel / Montréal, Québec Lundi le 12 novembre 2007

 

Le journal intime de Dany-Daniel Gabriel

présente le premier livre de l’auteur de Sherbrooke au Québec

z

En toute intimité

 

Introduction

 

Si j’avais à écrire le livre de ma vie, je commencerais par écrire cette phrase. Voilà c’est fait. C’est quand même un début! Et sans commencement il n’y a pas de fin. C’est le ton que prendra cette plume au cour de cette lecture: malgré que tout finit par finir dans l'existence, les suites se poursuivent dans une autre dimension. Mais pour aujourd’hui, je m’attarderai à celle qui est humaine et terrestre. Et plus précisément la mienne ma dimension d’homme porteur de lumière et des ténèbres à la fois. C’est des actions réactions dans un cheminement aussi tellurique que cosmique. Qui se traduit plus simplement avec un pied bien ancré sur terre tout comme le cœur dans les étoiles.

 


1. Mon premier rêve

Tout est possible dans la vie

 

Je me souviens de mon premier rêve. Il y avait le ciel, les étoiles et cette fée tout de bleue comme une annonciatrice qui m’a donné ce sentiment que tout est possible dans la vie. Et pourtant au moment d’écrire ces lignes, je n’ai pas fait beaucoup de réalisations qui puisses révolutionner le monde à mon plus grand regret. Comment un homme à lui seul puisse arrêter les guerres, nourrir les affamés et guérir les malades? Non, je ne suis pas cet être humain exceptionnel donc le monde se souviendra par ces réalisations sociales. Mais ma plus grande révolution sera mes combats avec moi-même. Parce que lorsque je me regarde dans un miroir et que je vois celui que je ne suis pas, parce que je voulais être autrement qu’un drogué et un prostitué, ça fait mal! Très mal à l’orgueil! Et pourtant je sais que j’étais et que je suis devenu autre chose qu’un produit de consommation et qu’un consommateur! Je sais aussi que j’ai tombé d’un ciel un mauvais jour et que j’ai brûlé en enfer mon cœur, mon honneur et que j’ai troqué ma pureté au profit des diables et diablesses et de leurs élixirs.

 

L’autre que je suis, cet enfant qui ne demande qu’un sourire pour être heureux et des câlins, s’est perdu fragilement dans un monde adulte consentant que j’estime trop innocent pour les rendre responsables de mes peines.

 

Oui je maudis la vie parfois de toute cette grèle qui pleut sur ma tête quand l’amour se fait corrompu sur terre tout comme dans ma vie aussi. Mais plus qu’un rêve, je crois et j’espère toujours en ce monde meilleur pour nous tous! Sans cette espérance qui m’habite depuis toujours et que je cultive, Dieu seul sait que serait mon existence à ce jour.

 

[Le texte suivant]

 

Print

| Contact author |