Je décroche du monde

27/7/2007





Ai besoin d’avoir la tête dans les étoiles car la terre et mes amours me font très mal. Je suis à bout c’est tout et ça me tue. Trop de chose en même temps, deux spectacles à préparer pour la semaine prochaine (après temps d’années d’abstinence – un grand moment dans ma vie), et une amie qui me fait la gueule parce que j’ose parler de mes sentiments et de ma jalousie, et que finalement que je ne suis qu’un con en bout de ligne et le travail qui m’essouffle car je suis à terre en plus de mes manques alimentaires et plein d’autre chose pas intéressante à lire pour vous comme ce texte d’ailleurs. Désolé mais j’en suis là !…  Il va faire beau ce nouveau jour où je me laisserai tenter à nouveau par l’amour et de parler de mes douleurs et de mes désirs. C’est pas demain la veille comme on dit! Et puis je n’ai rien à foutre des souvenirs. La vie je la vis au présent en pensant aussi un peu à l’avenir. Ce n’est de la faute de personne, personne!

Et aussi, peut-être qu’un jour cet appel viendra où je serai convoquer de nouveau à ce banquet ou un homme et une femme qui s’aiment, font de la vie l’amour tout en faisant leurs chemins malgré les tempêtes sans passer aux adieux aux moindres accros... Aussi bien m'enterrer moi-même ça serait pas moins pire.  Des adieux ne sont  des choses à dire qu’à des funérailles alors je comprends que c’est sérieux lorsqu’on m’a dit ça! Je m’en remettrai!

Mais pour l’instant, j’suis complètement vidé de mes larmes et de mes espoirs. Je ne trouve plus la force de continuer. Mais il faut bien que je la trouve cette force, malgré tout. Mais dans le fond, qui a vraiment besoin de moi qui me donnerais cet énergie pour poursuivre! C’est plutôt moi qui a besoin de l'autre actuellement mais en vain. Alors je décroche du monde là ou je ne suis qu’un mendiant d’amour. Après tout, lorsque l’on a fait la rue des années pour survivre, il faut bien s’attendre à ce qu’elle soit notre seul ami. Mais j’ai tant travaillé pour m’en sortir pour être où j'en suis rendu pour ne trouver finalement qu'un monde aussi éphémères dans chaque autre des réalités existantes. Je vous jures que je ne suis pas découragé mais j’ai l’impression d’emmerder l’univers! Et je n'ai pas demandé à venir dans ce monde! J'étais si bien dans l'ature...

Print

| Contact author |