Un peu comme entre deux mondes

14/7/2007





Je suis bien peu présent sur le Web ces jours-ci avec le boulot qui m’occupe beaucoup et je suis aussi crevé d’un paquet de chose en même temps et j'arrive tard chez-moi de plus. À mes ami-e-s de bloguez particulièrement je me rattraperai c’est promis mais j’y laisse mes étoiles en silence tous les jours. C’est l’overdose psychique! Je vais passer ou casser aux travers, mais ça avance. STOP C’est assez pour  ce sujet. C'est déjà assez comme ça depuis et je ne voudrais ennuyer personne, personne!

Peut-être que je suis plate avec mes passions entre le bien et le mal,que je suis pas toujours drôle parfois mais la vie n’est pas une partie de plaisir tout les jours aussi et pour tout le monde. Malgré qu'elle à de bien jolie chose à nous mettre sur le tapis au quotidien. Et je ne veux pas faire semblant, je ne fais jamais semblant. J’adore la vie et je ne fais pas exprès pour quel me mette chaos. Ce n’est pas comme ça tout les semaines de l’année cette mauvaise passe que je vis. Nous n’avons pas tous les mêmes cauchemars dans la vie. Personne ne peut rien pour personne mais merci à tous et toutes qui avez laissés de belles images et mots sur mon journal intime. Je vous crois sincères et je suis chaleureusement touché. J’adore bloguer avec vous et particulièrement avec une amie aussi…

On ne devient pas ce que l’on veut être, mais on est ce que l’on l’est. Je n’agis pas ou n’écris pas au fil des jours pour plaire ou déplaire, choquer ou surprendre, mais je suis le fil de mon courant. Parfois je tente de m’exprimer comme autant de façon qu’il y a pour faire l’amour, non la guerre. Je ne pense jamais d’avance ce que je vais faire. Bien sur quelques fois j’ai des idées dans la tête et que je me dis, ça? Ça serait cool ou ça serait bien tel ou tel affaire et souvent arrivé sur la « table de travail » c’est complètement autre chose que je dépeints à l’heure où je sors la plume électronique pour écrire ce que je ressent ou pense au moment présent. Je suis un émotif et un intuitif. C’est comme ça que je vogue la galère de mon existence: un peu comme entre deux mondes!

Print

| Contact author |