Vacciné par ton amour

24/1/2007



Salut j’espère que tu vas bien et que tu as passée une bonne nuit! Je t’écris aujourd’hui car il me semble que ce matin en me réveillant, qu’un stress me saisit. Je manque d’oxygène et je sens l’intérieur de mon ventre et ma poitrine se crisper. Cette situation n’est pas nouvelle mais c’est la première fois que je me vois dans cette condition physique cette année. Je ne voulais simplement qu’entendre de toi quelques mots qui me calmes pour que les quelques heures que dures les malaises sont moins longues c’est tout!


Je voulais te parler un peu de mon quotidien aussi. J’ai pris l’autobus cette avant-midi vers les 10h00. J’ai accompagné mon vieux colocataire qui avait des affaires à faire dans l’est de la ville. Il y avait longtemps que je n’avais emprunté les services du transport en commun de la ville de Sherbrooke. Les horaires et les trajets ont bien changés. Comme le tarif d’ailleurs qui à date d’aujourd’hui est de 2,85$ canadien pour un aller! Finalement nous sommes revenus en taxi pour une somme de 15 cents de plus que le prix de deux allés d’autobus. Pourquoi s’en passer? Après tout mon colocataire avec ses soixante et seize ans, ne cour plus aussi vite qu’avant pour faire la navette entre les transferts et la course entre deux quai de gare.

J’ai vu dans le ciel la nuit passé parmi les étoiles, ton visage qui se dessinait tandis que je respirais le rêve de te savoir près de moi. Tu sais je m’ennuie de toi parfois mais je te sais là et c’est ce qui compte pour le moment. C’est comme si j’avais été vacciné par ton amour depuis que je te connais. Je change mes peurs pour ton cœur, ma solitude pour une plénitude.

Portes-toi bien et tant que la vie nous donneras des matins pour la bénir, je souhaite tout au long de ceux-ci, profondément ton amitié.

Print

| Contact author |